Donnez-lui plus de temps. Demandez-vous si votre homme a une bonne raison de ne pas s'engager. Peut-être avez-vous passé de très bons moments ensemble, mais qu'il n'est pas encore remis d'avoir dû mettre fin à sa précédente relation de huit ans et qu’il ne possède pas les ressources émotionnelles suffisantes pour vous donner ce que vous voulez pour le moment. Peut-être qu'il est au milieu d'un changement de carrière majeur, se sent nerveux et peu sûr de lui à ce sujet, et qu’il n’a pas la tête à penser à s’engager pour le moment.
Je jetais de temps à autre des regards sur ses connections avant même ce deuxième rdv. Il disait que je lui plaisais beaucoup mais était quand meme connecté certaines fois. Bon je me dis que nous ne sommes pas encore ensemble mais ça me laissait perplexe quand même surtout quand je vois les changements de ville avec son pseudo (il cherche des filles dans toute la France ou quoi?)
Nous vivons une relation à “petite distance” avec mon chéri depuis 9 mois, avec des hauts et des bas depuis le début et beaucoup, beaucoup d’amour! Mais nous ne fonctionnons pas de la même façon. J’ai besoin de partager au quotidien des petites choses anodines, bon pas toutes les 5 minutes car je le connais aussi. Lui est très solitaire, pourrait passer plusieurs jours sans m’ecrire, n’aime pas les discussions au téléphone (moi non plus mais avec lui c’est different). Je sais clairement que cela lui demande des efforts de m’écrire au quotidien et lorsque nous sommes chacun chez soi, nous n’avons que très rarement des discussions plus “profondes” car il n’aime pas cela.

Bonjour Kamal , je me trouve dans une situation très difficile , je ne sait plus quoi faire . Je suis tellement accro a cet homme que j’en sui a cours d’argument pour le séduire . J’aimerais vraiment discuté de tous cela avec vous , j’en suis arriver au stade ou jamais dans ma vie je n’aurais pensée me mettre pour un homme . Ce qu’il y a c’est que celui la pour moi il est plus que tout …


Pour info, je suis en cours de création (et finalisation) d’une formation vidéo de 4 mois qui a pour vocation à mieux réussir ses histoires d’amour, notamment en travaillant sur l’estime de soi, la confiance en soi et l’affirmation de soi, et beaucoup d’autres choses. Si tu es abonnée à mes mails, tu recevras un message le jour où la formation sera disponible.
Il y a des hommes qui ne sont peut-être tout simplement pas faits pour être pères. La nature trouvant toujours un chemin, la femme s'arrange pour tomber enceinte sans le consentement de son compagnon, sans même le lui dire. C'est ce qui m'est arrivé. J'ai aimé mes enfants une fois qu'ils ont été là, mais si j'avais pu choisir, je n'en aurais pas eu. Ce n'était pas mon projet de vie.
Cela fait maintenant 3 semaine que je fréquente un homme et la semaine de notre rencontre tout ces bien passée ils voulaient que l’on ce renvoi sa fait 2 semaine que l’on ces pas vue il me dit tout le temps ce week-end je bosse pas on va pouvoir ce voir OK le week-end arrive on ce parle comme d’habitude par texto il ne parle pas de notre fameux week-end un jour n’ayant pas de ces nouvelles je me suis inquiété de son silences deux jours vue le travail qu’il fait j’ai eu un peut peur quand ils es revenu de mission il me dis j’ai vue tes nombreux appel et messages et tout je lui explique il me dis sa fait 3 semaines que l’ont se fréquente et tu t’attache déjà ? Je lui es répondu non alors que en faite si aider moi je ne ces pas quoi faire continuer ou arrêter ? Aider moi svp merci
Bonjour! Je pense que c’est très simple, il te considéré certainement comme sa maîtresse régulière. Le café, les dîner et les sorties ce n’était sans doute que pour te plaire et te mettre en confiance. Il l’a dit lui même “en dehors du mariage, les autres relations ne sont pas des infidélités pour lui”. Maintenant que tu lui as demandé des explications, il ne répond plus. Pour moi tout est dit. CDL.
Je viens de retrouver ce lien ci que j’avais sauvegardé dans un coin. Oui, surement parce qu’à un moment donné, j’ai dû vivre cela pour être tombé là dessus probablement à une période où j’ai souffert une fois de plus comme jamais je n’aurais dû. Toutes les causes que vous avez énoncé semblent si évidentes, si logiques et sensées. Bien sûr pourquoi ne l’avais je pas compris plutôt?
Catherine Blanc, auteur de La sexualité des femmes n'est pas celle des magazines (Pocket) rappelle que « la libido est agressivité, c’est une forme de violence nécessaire et inhérente au sexuel. Du coup, certaines prises de pouvoir sur l’autre sont facilitées, analyse la sexologue, et il n’est pas toujours facile de les identifier, encore moins de les mettre en mots ». Difficulté supplémentaire, Catherine Blanc souligne que la notion de respect est étroitement liée au rapport que chacun entretient avec la sexualité. Avec ses inhibitions, son corps et ses fantasmes. « Toute la difficulté est de poser ses limites, mais sans camper sur des positions rigides de principe, résume-t-elle. Subir l’irrespect en se taisant est un calcul qui se révèle dangereux à long terme, pour soi comme pour la relation. »
Concernant keneg̱dô, la Septante présente un choix de traduction qu’il convient de relever. En Gn 2,18, elle traduit le terme kᵉneg̱dô en qualifiant l’aide de l’homme de kat auton (κατ᾽ αὐτόν) « selon lui », « conformément à lui » ou encore « contre lui ». Ensuite, en Gn 2,20, cette aide devient omoios autô (ὅμοιος αὐτῷ) « de même nature que lui ». En fait, la Septante fait une distinction entre Gn 2,18, qui précède la recherche d’une aide parmi les animaux, et Gn 2,20 qui lui succède. Dans le premier verset, l’aide revêt un sens global et qui rend volontairement compte de l’ambiguïté de l’expression hébraïque. Dans le second, en revanche, le changement de formulation semble préciser la nature de l’aide attendue40. Pourquoi cette évolution ? Le passage de la rencontre d’Adam avec les animaux permet au lecteur de comprendre que, bien que les animaux aient pu être d’une certaine aide à l’homme (travail au champ, source de nourriture, monture, etc.), ils ne peuvent cependant pas devenir des vis-à-vis satisfaisants pour l’homme. S’ils sont alter et pourraient convenir comme aide « selon lui » (kat auton), ils ne sont pas ego et la recherche d’une aide « de même nature que lui » (omoios autô) se poursuit et se voit précisée au fil de ses expériences.
Je suis d’accord sur le fait que ça ne soit pas d’actualité de parler d’engagement, mais je pense que si la porte semble complètement fermée d’avance, et les clés jetés par la fenêtre, ça ne sert peut-être à rien d’avancer dans le couloir… Par contre, si la porte est fermée et que la clé est dans la serrure, je veux bien avancer et tenter de l’ouvrir… Super métaphore, je sais, mais tu vois où je veux en venir ?

Quelques semaines après, souhaitant savoir ce qu’il devenait et ne voulant pas me torturer l’esprit à savoir s’il fallait que je le contacte ou pas, je l’ai appelé. Il m’a appris qu’il était à l’étranger et qu’il avait dégoté un travail qui le pousserait à déménager dans quelques semaines. Pendant ce temps-là, nos échanges sont plus ou moins redevenus comme avant. Nous nous envoyions des textos (moins fréquemment qu’au début) et nous appelions ; on retrouvait la même complicité qu’au début. On a même envisagé que chacun vienne voir l’autre (alors qu’avant, il ne le voulait pas) mais il a préféré « attendre un peu, histoire de parler, de passer du bon temps, rigoler… » (il prévoyait il y a 2 semaines, de venir début décembre). Le fait que je sois moins dans la demande lui plaisait clairement et faisait qu’il m’appelait ou m’envoyait de petits messages ne serait-ce que pour me dire bonjour (comme avant…).
Les plus féministes d’entre nous crieront peut-être au scandale, lisant à travers ces lignes un retour à la pensée des Pères de l’Église, et en particulier de saint Augustin, où le seul rôle de la femme est limité à ses tâches maternelles. Cependant, faire de l’aide de la femme une aide de reproduction et de domination de la terre lui donne un statut bien préférable à celui d’une assistance générale de l’homme. Si tel avait été le cas, alors oui, la femme aurait eu un rang inférieur, accomplissant toutes les tâches que les diverses responsabilités de l’homme ne lui laisseraient pas le temps de finir. Mais l’aide de la femme en Gn 2 est une aide-secours, vitale pour l’homme. Et ainsi, la femme trouve un statut à pied d’égalité avec l’homme. Il ne peut rien faire d’important sans elle, tout comme elle ne le peut pas non plus.
Petit conseil très important ! Si vous avez en face de vous un homme qui a besoin d’être rassuré en permanence, ce n’est pas en lui faisant de grandes déclarations d’amour que vous allez le faire s’engager dans une relation de couple. Au contraire, c’est en lui montrant une petite indépendance grâce à des activités nouvelles dans votre quotidien (sport, yoga, méditation, sorties, balades le weekend,…) que vous allez lui prouver qu’un équilibre de vie est possible tout en ayant des activités chacun de votre côté !
11 « C’est le moment où les vôtres rentrent à la maison. L’atmosphère qu’ils attendent de vous, c’est encore vous qui devez la créer : le sourire, une bonne table, l’intimité du foyer » [11]. Jusque dans les années 70, l’objectif de la maîtresse de maison, qu’elle travaille professionnellement ou non, était de bien tenir son intérieur, mais également de rendre la plus agréable possible une vie conjugale et familiale qui s’inscrivait dans la durée et la stabilité. En cette période de fragilité conjugale, la majorité des auteurs de ces nouveaux manuels de « conseils conjugaux » va s’appesantir sur la difficulté d’être un homme dans une relation avec une femme à l’ère post-féministe et sur le nécessaire travail que celle-ci doit réaliser pour renouer avec une féminité propre à répondre aux espérances masculines. Féminité certes réactualisée puisque la femme contemporaine doit démontrer à la fois son autonomie et sa capacité à nouer des relations désintéressées et amoureuses [12], mais se définissant encore et toujours par des qualités « naturelles » de sensibilité, de tact, de sollicitude, de persévérance et de patience.
×