Finalement, on veut tout, mais on déteste l’ennui. Paradoxal => quand on a tout (l’engagement, la confiance, la sûreté) on s’ennuie. Maintenant j’essaie d’apprécier le manque, la jalousie, le doute, la confrontation. Ça procure des sensations pouvant être a priori perçues comme désagréables, et pourtant on se rend compte qu’il y a souvent une contrepartie qui vaut vraiment la peine (savoir qu’on a quelqu’un qui nous manque et à qui l’on manque, quelqu’un à qui penser, savoir que notre chéri(e) pourrait aller avec ces bombes qui lui tournent autour mais qu’il préfère être avec nous, la réconciliation après s’être chamaillés, être rassuré sur nos doutes, en discuter etc…).

c’est parce qu’Il ne veut pas recommencer la même histoire, pour se protéger mais aussi vous protéger, pour éviter un nouveau drame : la rupture.  Car si on recommence, est-ce que cela risque de bien se passer ? Tout le problème est là. Est-ce que cette fois-ci le couple va tenir dans le temps ? En fait, le doute s’est installé dans la tête de votre ex ; Il n’est plus confiant et ne veut donc plus s’engager, c’est tout à fait normal. Il ou elle ne veut plus du tout faire la même erreur.
Slt Kamal j’ai vu votre vidéo etse voij’ai été très intéressé voici mon blême j’ai été avec un garçon il y’a de cela un an TT au début on s’entendait bien et tout mais je ne voulais pas rendre notre relation publique car je venais de sortir d’une relation assez compliqué avec le temps la distance s’est installé entre nous et moi je voyais plus ses défauts que le prqw je me suis mise avec lui et peu après un autre me faisait la cour il était gentille et tout et donc j’ai rompu pour me mettre avec ce dernier mais deux semaines ont suffit pour que je me rendes compte pour la première fois que j’aimais vraiment mon ex qu’il était alors je l’ai fait comprendre à la personne avec qui je suis et j’ai dit à mon ex que je regrettais et que je l’aimais il a accepté être de nouveau avec moi le problème est que cela n’est plus comme avant il est distant je l’ai ask à savoir s’il y avait un problème il m’a fait comprendre qu’il doutait sur ses sentiments pour moi qu’il fallait le temps et qu’il fallait que je réveille cet amour là le soucis c’est que je ne sais pas comment m’y prendre en plus avec l’amour que j’ai pour lui j’ai tendance à attendre plus de nos discussion vu qu’on est très occupé par nos études et qu’on ne se voit vraiment pas j’ai besoin de vos conseil car j’ai tt le temps peur qu’il me dise que c’était une erreur de se remettre avec moi
Le mot que les Bibles francophones traduisent par « aide » provient de la racine hébraïque ʿzr (עזר), qui a donné lieu à une forme verbale ʿāzar (עָזַר) et à une forme nominale masculine ʿēzer (עֵזֶר) ou féminine ʿezrāh (עֶזְרָה), signifiant « aider », « l’aide ». Ces formes sont toutes largement attestées dans l’Ancien Testament et c’est la forme nominale masculine qui apparaît en Gn 2,18.20. Dans la Bible hébraïque, il existe une racine homographe qui signifie, quant à elle, « être abondant » ou « rassembler », selon la fonction verbale. Celle-ci est beaucoup plus rare dans l’Ancien Testament et utilisée principalement sous deux formes ʿᵃzārāh (עֲזָרָה), la « cour », et g̱ᵉḏērāh (גְדֵרָה), le « refuge » ou le « rempart ». Malgré leur similarité graphique, ces deux racines sont à distinguer et seule la première fera l’objet de cette étude.
Le lendemain on a decide de nous revoir, après qq textos échangé, on s’est donné RDV. J’y suis allée pile à l’heure comme d’hab mai sil n’est pas venu. Il m’a appelé alors qu’on avait déjà le rdv pour me dire qu’il n’avait pas vu l’heure et qu’il n’était pas prêt et qu’il pouvait venir dans 30-40 min…J’ai très mal réagi, je lui ai mal parlé et je ne l’ai pas attendu, je me suis emportée.

Ce n'est pas toujours facile de s'admettre à soi-même que nous sommes la source du problème. J'entends souvent des célibataires protester que «non, ce n'est pas vrai, je fais plein d'efforts pour rencontrer, je prends bien soin de moi et de mon apparence, je suis sur trois sites de rencontre différents, je fais plein d'activités sociales...» Mais voilà, comme l'a si bien dit Carl Jung «Peu importe votre attitude consciente, votre inconscient a mainmise absolue et peut faire ce que bon lui semble.» Ainsi donc, la seule solution possible pour régler le problème est d'augmenter votre niveau de conscience, de rendre l'inconscient conscient afin qu'il cesse de contrôler votre vie amoureuse. Pour plus d'information sur le sujet, j'aimerais vous inviter à télécharger mon ebook gratuit Amour: mode d'emploi. Il est un excellent point de départ pour vous mettre sur le chemin qui mène à l'amour...
Mais en vérité, qui connaît la vérité à tous ces problèmes? Qui est en mesure de comprendre les épreuves dans lesquelles une personne passe? Qui a les réponses aux multiples pourquoi d’une telle situation? Personne! Pas plus celui qui écrit avec sa plume sur un réseau chrétien comme devant énoncer ou pensant évoquer les raisons d’un tel échec ou de victoire selon le cas dans lequel il se serait identifié que celui qui se tait et qui ne dirait rien.
Les hommes vont être extrêmement sensibles à votre charme ainsi qu’à votre capacité à faire chavirer leur cœur. En matière de séduction, vous devez toujours chercher à attirer l’attention d’un homme grâce à un maximum de signaux corporels comme le regard, le ton de votre voix, l’énergie positive que vous apportez à une discussion. Un homme sera toujours attiré par une femme qui pétille et qui apporte une énergie supplémentaire à la relation.
L'aide concrète, matérielle, financière ne suffit pas, il faut prendre en considération la personne, en écoutant attentivement et sans préjugés ce qu'elle exprime sur elle-même et sur sa situation, afin de lui redonner de l'estime et de l'énergie pour lui permettre de mettre en oeuvre des solutions concrètes. Une personne en détresse a besoin de collaborer à l'aide qu'elle reçoit, de décider pour elle-même. Elle est sa principale ressource.

“A moins que le couple n’ait l’occasion de retrouver une connexion émotionnelle (le plus souvent grâce à une thérapie de couple), le mari se met à penser qu’il n’y a aucun espoir de sauver son mariage”, précise-t-elle. “Le désespoir est très douloureux et surtout toxique dans un mariage. Cela augmente le risque de divorce. Le plus important, c’est que chaque partenaire ait l’impression que ce qu’il pense et ressent compte aux yeux de l’autre.”


L'ASBL est destinée à héberger et soutenir, pour une période maximale de 2 ans, 33 femmes, de 18 à 50 ans, afin qu'elles puissent surmonter les situations de précarité et d'exclusion qu'elles vivent et (re)construire, petit à petit, un projet afin de (re)devenir actrices de leur vie. Ces situations de précarité sont caractérisées par des problèmes multiples et complexes tels que: absence de logement, rupture sociale et familiale, violences sexistes et intrafamiliales, difficultés administratives et financières, troubles de santé physique et mentale, dépendances ou encore sorties d'institutions pénales, de la jeunesse, médicales… Le “ sans-abrisme ” renfermant des problématiques complexes et variées, même si chaque demande d'aide part d'une situation de perte d'un “ chez-soi ”, la personne est bien souvent fragilisée tant du point de vue personnel que relationnel et/ou social. Il nous semble dès lors primordial, dans notre accompagnement au sein de la maison d'accueil, de s'intéresser tout particulièrement à la personne, d'écouter ce qui est important, motivant pour elle et ce qui relève de ses valeurs car c'est cette qualité relationnelle qui va non seulement lui permettre de se (re)construire mais qui va également nous permettre la mise en place d'un accompagnement sur mesure et le plus respectueux possible. Toute personne étant en effet à considérer dans sa globalité, avec ses capacités et ses limites. Pendant la durée du séjour, l'intervenant aidera la personne à définir clairement ce qu'elle veut comme projet, et par la suite les moyens et les actions à mettre en œuvre en vue de sa réalisation. Tout est mis en œuvre, avec la personne, pour qu'elle puisse avancer et se (re)construire. L'asbl se veut ouverte à chacun sans discrimination raciale, religieuse ou philosophique. Notre projet est participatif et reconnaît chaque personne comme sujet de sa démarche.
“Quand les hommes se comportent mal (ils trompent, s’énervent ou essaient de contrôler leur partenaire, par exemple), c’est souvent parce qu’ils craignent de ne pas être à la hauteur vis-à-vis de leur partenaire”, explique-t-elle. “Ensuite, les couples se retrouvent pris dans un cercle vicieux : la femme se sent seule alors elle critique. Plus elle critique, moins l’homme se sent à la hauteur. Moins il se sent à la hauteur, plus il abandonne son mariage et adopte un comportement auto-destructeur qui nuit à sa relation. C’est un cycle sans fin et très douloureux.”
Exemple concret: si tu quittes quelqu’un, mais que finalement, tu sais pas trop, la personne te manque un peu, ben tu attends d’être un peu plus au clair dans ta tête pour la recontacter plutôt que de souffler le chaud et le froid. En général, même si je déteste faire des choix, j’essaie d’être à peu près sûre de mon coup avant de prendre de graves décisions (genre quitter quelqu’un), ce qui signifie aussi que je suis prête à en assumer les conséquences derrière. Pareil, si tu veux faire marche arrière faut être sûr de soi, c’est pas pour au final dire « Ah ben en fait non, tu me manquais un peu mais finalement on était mieux séparés ». Enfin je trouve ça un peu cruel, même si ça n’est pas volontaire.
Cessez de mettre la pression à vos mecs pour qu'ils s'engagent. On n'est pas à l'armée, ni dans la légion étrangère. Laissez venir à vous, et si un mec se sent heureux, il restera. Si vous lui mettez la pression pour qu'il signe des papelards, fasse des promesses devant un maire ou un curé, vous gagnerez à court terme mais vous perdrez forcément à long terme. On n'enferme pas une personne. On lui donne envie de rester.

Une grande requête à tous ceux qui posent des questions: lisez d’abord le fil de commentaires en entier, car il est fort probable qu’un spécialiste ait déjà posé des questions et obtenu des réponses correspondantes concernant votre situation. Les questions comportant un grand nombre d'orthographes et autres erreurs, sans espaces, sans ponctuation, etc. ne seront pas prises en compte! Si vous voulez avoir une réponse, prenez la peine d'écrire correctement.
Bonjour Alexandre, depuis un mois et Demi , je frequente un garçon qui me plait Beaucoup , il me veut pas a engager disant sortir d une longue relation mal finie. J aimerai le pousser à prendre des initiatives, le faire Bouger Vers moi. J ai peur en utilisant la technique du silence le perdre , ou si Je refuse un de ces rdv qu ils me rappellent plus. Comment le faire changer d Avis ?il me trouve Beaucoup de qualités qui me font peur presque …bref pourtant il Crée sans cesse des freins…qui me rendent folle..me dit que Je dois le laisser proposer le rdv…mais il decide du rythme …ne veut pas s organiser ….que faire faire ?prochaine fois qu il me propose Je refuse ?avez vous un Bon conseil ? Tout Ca me rends Triste .Merci / sasa
Au terme de cette étude, deux options de lecture de notre passage de Gn 2,18.20 semblent se dessiner. D’une part celle qui, sans hésiter, relègue Ève (et donc toute femme) à une position d’aide domestique subordonnée. D’autre part celle qui, s’appuyant sur les mentions d’un Dieu-ʿēzer, place la femme sur un piédestal. Ni l’une ni l’autre de ces options ne sont convaincantes. En effet, bien que l’étude des champs sémantiques d’ʿēzer et de boêthos permette de tirer plusieurs conclusions pertinentes, il convient de souligner que le sens d’un mot dépend toujours de son contexte. Ainsi, le fait que le mot ʿēzer apparaisse en Gn 2,18.20 dans un contexte de création pourrait lui attribuer un tout autre sens que lorsqu’il apparaît dans un contexte militaire par exemple. De plus, nulle femme de l’Ancien ou du Nouveau Testaments n’est jamais qualifiée d’ʿēzer ou de boêthos. Il convient donc de rester prudent quant au sens qu’on lui attribue pour Ève. Une esquisse peut toutefois être tentée.
Des questions simples en apparences mais petit problème, vous ne savez pas vraiment comment vous y prendre pour lui faire comprendre qu’il vous plait. En fait vous n’avez aucune difficulté lorsque vous ne ressentez rien pour un homme, mais quand ce dernier vous plait vraiment, vous êtes totalement bloquée. Pourtant, vous voulez trouver un homme qui vous correspond vraiment et qui vous attire.
Relation très bien commencé, en douceur. Homme très gentil, tendre, respectueux mais très très occupé qui bosse énormément même le week end donc il faut beaucoup faire par rapport à lui pour se voir, ca c’est difficile pour moi. On ne s’est encore pas disputé. Là on est donc à 2 mois et j’ai beaucoup d’angoisses en ce moment, je me sens très très attaché et j’ai peur de le perdre, peur qu’il me laisse tomber etc… Lui il me rassure pas trop trop car je pense qu’il vit la relation au jour le jour ou alors il fait des plans mais dans sa tête c’est quelqu’un de très très réservé, qui est aussi assez pudique je pense. J’ai oublié de dire qu’avant qu’on soit ensemble il me lançait des petites perches par moment, peut être pour voir ma réaction, en me disant « on se prendra un appartement ». J’aimerais sentir plus d’engagement de sa part pour être rassuré car j’ai un caractère il est vrai qui a besoin de ça. Mais peut être s’engage t’il naturellement de son côté et ne le dit pas nécessairement ? Faut il en parler ? Je ne veux pas trop mettre la pression non plus! Cette article m’a quand même fait du bien à le lire. Il faudrait que j’arrive à vivre ma relation au jour le jour sans prise de tête car depuis quelques semaines je vis dans une angoisse permanente et ce n’est pas bon du tout!
Nous avons fait silence pendant 2 mois et depuis 1 mois nous nous revoyons 3 fois par semaine. Nous dormons ensemble. Cela me fait du bien mais je n attends rien de plus de lui. Je ne sais pas trop ce qu’ il me veut car c est toujours lui qui me recontacte mais voilà je pense que il faut vivre de son côté. Et avancer sans se poser de questions. Car c est décourageant de se dire que c est de notre faute.
Le truc c’est qu’il n’a jamais tenu ce discours auparavant, et je ne pense que je sois la cause du problème parce que je ne suis pas le genre de personne a forcément besoin de quelqu’un pour exister et je ne dépend pas de lui (affecttivement). Je ne suis pas le genre de personne qui s’en cesse répète je t’aime ou demande en retour si la personne m’aime.
bonsoir je suis en relation à distance depuis un an et demi. je travaille dans un cabinet de placement du personnel et c’est pendant un recrutement que l’un des candidats m’a rappelé pour prendre des nouvelles et m’a ensuite dit que je ne l’avais pas laissé indifférent. il a commencé à m’appeler régulièrement de ces appels est né notre amour. nous avons passé plusieurs weekend ensemble et tout allait bien sauf que depuis un moment il est devenu distant je me pose des questions? n’est -il pas en relation avec une autre? la distance est elle pas un problème?
×