Pour finir sur une note psychologique, c’est vrai qu’être confrontés à un mec qui a peur de s’engager ou qui est peu démonstratif nous renvoie à nos peurs de l’abandon (et donc parfois, de l’engagement). Moi ce qui m’a le plus dérangée dans mon ressenti face à ces doutes, c’était justement le sentiment de perdre pied sans raison valable, et la croyance profonde que « de toute façon ça va pas marcher et comme ça j’aurai eu raison », que j’ai eu du mal à balayer et à remplacer par un « je décide de me faire confiance, de lui faire confiance, et jusqu’à maintenant à chaque fois que j’ai pris cette décision, il m’a étonnée positivement. Lui ce n’est pas les autres, je dois nous donner la possibilité : à moi, de me laisser aimer de nouveau, à lui, de me montrer qu’il peut m’aimer et qu’il peut aussi se laisser aimer. »

Je ne pense pas avoir une vision destructrice de l’amour. Elle m’est propre et je respecte celle des autres qui peuvent différer de la mienne. Cependant, je ne me reconnais pas dans celle que tu véhicules Anaïs, qui est davantage traditionnelle. Et être dans une relation du type que tu décris me rendrait malheureuse. La réciproque est apparemment vraie pour ma vision des choses dans ton cas ^^.
9 Aux origines de la « crise du couple », ces ouvrages dégagent trois grandes causes. Tout d’abord les méfaits d’un féminisme qui, jugé d’arrière-garde, entretiendrait la persistance d’un combat contre les hommes jusque dans « la chambre à coucher » [10]. Ensuite, l’affirmation que les profits de la nouvelle conjugalité sont nets pour les femmes mais déstabilisent les hommes. Et enfin, le fait que les femmes sont responsables de leur sort de « mal-aimées », notamment du fait de leur ambivalence. Certes, reconnaissent du bout des lèvres ces ouvrages, la condition de la femme n’est pas encore idyllique, mais les premières victimes des nouvelles libertés des femmes sont d’abord les hommes. Que ce soit pour cause de féminisme exacerbé, de revendications égalitaires inappropriées au domaine de l’intime, de comportements qui fragilisent l’homme et mettent ainsi le couple en péril ou par méconnaissance des différences « naturelles » entre les hommes et les femmes, celles-ci obtiendraient l’inverse de ce qu’elles attendent d’une relation. Toujours selon ces ouvrages, la principale attente d’une femme dans le couple serait de se sentir entourée et choyée par son partenaire. Parce qu’elles seraient ambivalentes dans leurs demandes, parce qu’elles interprèteraient « négativement » des comportements qui ne sont finalement que banalement « masculin » et en aucune façon dirigés contre elles, parce qu’elles en souffrent et qu’elles partent, il s’agit bien de leur offrir des éléments de compréhension sur la façon dont elles sont les artisans de leur propre malheur.
Je vis une histoire d’amour compliquée depuis 11 ans, je suis tombée amoureuse de lui il y a 11 ans, mais j’étais avec mon copain, et le fait de tomber amoureuse (je n’aime pas trop cette expression, car ce qui se passe dépasse le coup de foudre), je disais donc le fait de ressentir cela m’a fait comprendre que je devais d’abord partir, ce que j’ai fait, notre « relation » dure depuis 3 ans maintenant, mais toujours cachée car nous sommes dans un village si petit , il ne veut pas heurter la sensibilité de mon ex , et aussi de par son travail il pense que ça peut nous emmener bcp de préjudices car les gens autour de nous sont envieux et jaloux, bref on se sent comme emprisonnés, il ne pourra jamais quitter cet endroit car il a tout son business ici…….donc par moments je « pète un câble » comme on dit pas très cool , pour cette belle histoire si forte et si intense….alors la question : je lui ai posé et il me regarde au fond des yeux longtemps et ne répond pas………aujourd’hui , je finis par me demander si il ne joue pas un rôle …..mais depuis si longtemps ??? ce serait possible ? en tout cas, j’ai du lui envoyer au moins 10 lettres de rupture et on est toujours ensemble ! mais moi à chaque fois que je repars de chez lui c’est comme si je mourrai un peu…..je ne sais pas si j’ai raison, mais je pense partir , je souffre trop de vivre cachés, sans pouvoir aller au resto ou partager nos amis, c’est nul, mais comme c’est dur de quitter quelqu’un qu’on aime si fort….je ne sais pas quoi faire, merci de ton conseil :-)) et merci de ton blog il est super
Choisissez le bon moment. C'est une conversation sérieuse et vous devriez l’avoir sans qu’aucune distraction ne vienne l’interrompre. Éteignez le téléviseur et mettez vos téléphones en mode silencieux. Assurez-vous de ne pas avoir cette conversation au cours d'une semaine très chargée ou stressante dans la vie de votre homme ou il ne serait pas aussi réceptif que vous le souhaitez.
je ne peux pas analyser les choses de cette façon et ta question est trop vague. Sur l’espace des commentaires je peux éclaircir des points vu dans l’article ou donner un conseil mais pas réaliser une analyse totale. Pour obtenir une réponse précise et pointue à ta problématique, je t’oriente donc vers le coaching que ce soit avec moi ou avec un des membres de mon équipe car chaque situation est spécifique.
Arrive le temps des retouvailles de l’aventure et de la fin du contrat. sauf que cette fois on est restés dans ma famille quelques mois. Entre temps on lui a proposé un contrat d’un an en Andorre pour coacher l’équipe nationale. Il a du partir un mois avant mois et je l’ai rejoint pkus tard à cause de mes contraintes professionnelles. Là déjà je commençais à ne plus supporter la distance et le manque. Après l’avoir de nouveau rejoint, j’ai retrouvé du travail et je me suis adaptée au pays à la langue et au climat. Mais encore une fois je savais que ça serait temporaire et je me suis éloignée de lui inconsciemment parce qie je savais qu’en Juin on reprendrait encore tout à zero. On a même rompu quelques semaines récemment à cause de mon appréhension sur la distance et le faot de devoir refaire ma vie encore et encore… On s’est remis ensemble encore plus amoureux que jamais mais cela ne l’a pas empêché de devoir partir! Je n’ai jamais douté de son amour pour moi et je suis toujours aussi amoureuse de lui!
En couple depuis plus d’un an, mon compagnon est de nature très solitaire il a besoin d’être seul pour être bien n’est pas du tout câlin hors mis les moments intimes ne parle pas. Je ne lui manque pas . Dois je le laisser seul et attendre que lui vienne à moi? Ces très dur car je suis à l’inverse de lui besoin constant d’être avec lui de lui dire que je l’aime de le toucher . Je souffre énormément de cette situation mais je l’aime à crever comment dois je agir avec lui ?
Je sais ou j’ai fait l’erreur. Ma question est: comment renverser la chose? Comment le faire a nouveau s’inquieter de me plaire et m’aimer plus dans le temps? Je ne peux pas lui dire  » j’enleve ce que j ai dit , il faut que tu te plies en 4 pour avoir mon amour » ou bien  » tu sais mon amour je peux le reprendre ». c’est nul et puis il n’existe aucune tension je ne peux pas pôndre ça du jour au lendemain.

Parfait me direz vous! Seulement voilà… On est pas en couple… Il n’est pas prêt. En effet, il a été marié pendant 5 mois avant que l’on se rencontre (en couple depuis 2 ans en tout avec cette femme). Je suis arrivée dans sa vie au moment ou son ex-femme pétait un gros câble et le larguait. Au début, c’était de l’amitié totale. Plus comme une confidente, il m’avait clairement dit qu’il ne voulait rien tant qu’il ne serait pas divorcé, même s’il m’appréciait beaucoup.
Mes questions: si le rendez-vous n,a pas lieu quel comportement dois-je adopter? Et est-ce que je me fais niaiser? Si je n’ai pas de nouvelle d’ici mardi, je ne le relance pas, et si il m’écrit; je ne parle de rien je fais comme si de rien n’était… Quand dit on à un homme que là le niaisage ça fera lollll Mon désir est de développer les techniques et mon objectifs me rendre au moins à se rencontrer.
L'aide concrète, matérielle, financière ne suffit pas, il faut prendre en considération la personne, en écoutant attentivement et sans préjugés ce qu'elle exprime sur elle-même et sur sa situation, afin de lui redonner de l'estime et de l'énergie pour lui permettre de mettre en oeuvre des solutions concrètes. Une personne en détresse a besoin de collaborer à l'aide qu'elle reçoit, de décider pour elle-même. Elle est sa principale ressource. 

Rien de pire pour un mec que d’être comparé à vos ex !! Votre mec n’a pas envie de savoir que votre ex faisait des cunnilingus de ouf ou qu’il avait un corps à tomber par terre ou, pire encore, que vos parents le considéraient comme leur propre fils ! Laissez vos ex là où il doivent être, c’est-à-dire dans votre passé !!! D’ailleurs, ce serait un véritable manque de respect vis-à-vis de votre mec que de le comparer à eux ! Souvenez-vous également qu’il ne faut JAMAIS parler de vos ex de manière négative ni irrespectueuse car ça en dit long sur votre personnalité et si (malheureusement) ça tournait mal entre vous, il se dira que vous parlerez de lui de même façon et c’est franchement pas l’idéal pour qu’il soit amoureux de vous. Soyez toujours respectueuse, quelle que soit la situation et qu’importe le sujet abordé.
Mon soucis est que je parais toujours pour une fille forte, independante, ca seduit certains hommes, et apres un certain temps ils s enfuient car mon vrai visage de flippee ressurgit, je n ai pas confiance en moi et ca ressort a un moment a un autre, par exemple quand j envoie des textos ou que j appelle…pourtant je sais qu il ne fait pas le faire mais quand je doute sur son interet et si je n ai pas eu de nouvelles depuis plusieurs jours, hop! je le contacte et il doit sentir mes doutes…c est souvent le meme scenario qui se repete. Il faut dire que toutes mes dernieres histoires ont commence par du sexe, ce n est pas du tout le type de relation ou on se rencontre, on apprend a se connaitre bla bla..le dernier en date nous nous sommes rencontres en boite, et on est rentre ensemble….alors je me demande ce que l on peut construire sur des rencontres d un soir? est ce que l on peut vivre une vraie histoire avec quelqu un rencontrer en soiree? je doute!
Bonjour je voulais savoir comment faire car j’ai rencontré un homme en janvier et aujourd’hui on est plus proche mes il veux toujours pas sortir avec moi il essai pas de trouver du temps pour être avec moi mes il dit que il a des intérêts enver moi je ne ses plus quoi faire je fait quoi pour savoir à quoi il joue. Il dit avoir un blocage emotif depuis 3 ans
Bonsoir Alexandre, bah voilà mon problème j’ai rencontré un homme y’a environ 1mois le mec me plaisait avant alors ce qu’il parie lui aussi… Mais sauf qu’il me dit a chaque fois qu’on est pas ensemble commençant par se connaître d’abord et on verra ce que l’avenir nous prépare, au début j’étais d’accord parce que ça m’a déjà arrivé et on finisse par être ensemble

ex: Une femme a rencontré un autre homme au travail. Elle se sent revivre avec lui, aimée et désirée. Heureuse et amoureuse, elle entretient cette relation hors mariage. Son excuse? Mon mari ne s’occupe plus de moi… y’a plus rien entre lui et moi. MAIS c’est Dieu qui a voulu que je rencontre ce collègue de travail car il prend toujours soin de moi. Il est l’homme de ma vie, celui que Dieu veut pour moi. Je me sentais tellement seule et si malheureuse. Je n’étais pas comblée, délaissée… etc. Je sais que c’est Dieu qui me l’a envoyé. C’est pour que rentre dans une étape supérieure, que je sois heureuse et épanouie. Ce que je n’étais pas avec mon ex mari…
Mais le 27 août après 10 jrs de retrouvailles il m’a demandé du recul car le deuil de mon père ya un an ma rendue souvent triste et parfois comme une petite fille que je ne suis plus .de ce fait il m’a appelée dimanche dernier le 2 septembre en me disant qu’il pense beaucoup a moi qu’il ne veut pas effacer les sentiments quil à pour moi qu’il désire que moi mais pas folle je suis actuellement que je dois voir psy pour tristesse et parfois comportements tristes ou mal je l’ai fait. Me suis remise au sport. Et vais changer de look. Ça fait une semaine aujourd’hui qu’il ne m’écrit pas ma dit qu’il a besoin de recul et veut créer le manque. Mais j’ai peur car mavaut dit si j’ai un coup de foudre j’hésiterais pas mais après me dit qu’il veut que moi Que manque et que lui de son côté veut se reconstruire financement et finir les travaux de sà maison et passer stade supérieur son emploi .je me sens vide scindée car je suis de mon côté lui du sien mais veut qu’on se retrouve différemment. Il a pu être très intransigeant très souvent et trop dur. J’ai peur de les perdre qu’il rencontre quel un d’autre mais m’aime moi aussi je l’imagine à chaque instant
Catherine Blanc, auteur de La sexualité des femmes n'est pas celle des magazines (Pocket) rappelle que « la libido est agressivité, c’est une forme de violence nécessaire et inhérente au sexuel. Du coup, certaines prises de pouvoir sur l’autre sont facilitées, analyse la sexologue, et il n’est pas toujours facile de les identifier, encore moins de les mettre en mots ». Difficulté supplémentaire, Catherine Blanc souligne que la notion de respect est étroitement liée au rapport que chacun entretient avec la sexualité. Avec ses inhibitions, son corps et ses fantasmes. « Toute la difficulté est de poser ses limites, mais sans camper sur des positions rigides de principe, résume-t-elle. Subir l’irrespect en se taisant est un calcul qui se révèle dangereux à long terme, pour soi comme pour la relation. »
La communication amoureuse se fait essentiellement par les actes et vous pourrez évaluer son intérêt en oubliant ses paroles et en observant les petits gestes du quotidien ! Beaucoup de femmes attendent d’un homme qu’il agisse comme elles et que tout se fasse très vite notamment quand on est célibataire depuis longtemps, on ne veut plus perdre de temps et vivre à deux rapidement mais il ne faut pas se précipiter. Avant d’en arriver à ce stade du bonheur et de l’épanouissement sentimental, il est essentiel d’agir par étape. Tout ne peut pas être parfait dès le départ, alors l’objectif est de rechercher ce dernier de façon progressive à la fois en prenant soin de votre moitié, mais également en ayant des activités ainsi qu’une vie sociale de votre côté.
J AI CONNU UN HOMME IL Y A UN AN, AU DEBUT ON ETAIT K DES AMIS MAIS APRES ON A COMMENCE A SORTIR ENSEMBLE. AU DEBUT TOUT ALLER BIEN, LE PROBLEME IL M A DIT QU’IL ETAIT DIVORCE, MAIS IL EST TOUJOURS MARIE. IL VIT PAS AVEC ELLE, MAIS IL ME L A CACHE. ON SORTAIT SOUVENT EN PUBLIQUE, MAIS MAINTENANT IL VEUT PLUS K ON S VOIT EN PUBLIQUE. IL DIT K IL M AIME, MAIS NE VEUT PAS ASSUMER UNE RELATION SERIEUSE AVEC MOI POUR L INSTANT. IL VEUT K PERSONNE SACHE K ON AILLE DE CONTACT. IL M ECRIT TRES SYMPA POUR VENIR CHEZ MOI, MAIS K ON IL EST CHEZ MOI LE SOIR IL VEUT COUCHER AVANT MOI. IL RESTE MEME PAS 30 MINUTES. QUELQUES JOURS APRES IL M ENVOYER CHIER. APRES IL EST DE NOUVEAU QUELQUES JOURS SANS PARLER AVEC MOI. APRES IL REVIENT EN ME DISANT J T AIME TU SAIS BIEN. MOI J CROIS K IL M UTILISE SEULEMENT. EN PLUS J AI DECOUVERT K IL EST BIPOLAIRE. QUELQU UN PEUT M AIDER. CA FAIT 1 SEMAINE K J LUI PARLE PLUS, LA DERNIERE FOIS IL M A DIT K IL AVAIT UNE AUTRE, MAIS CA IL M A FAIT DEJA PLUSIEURS FOIS ET J SAIS K C EST PAS VRAI. C EST PAS NORMAL CA.
J'imagine que ça doit être frustrant que quand tu ne fais rien, ça ne change pas, mais dis toi que ce n'est pas forcément parce qu'il ne t'aime pas. C'est des fois un peu long le téléphone et à mon avis il préfère te voir plutôt que d'appeler. Avec mon copain on ne se voit que tous les trois semaines / un mois et des fois on en a ras le bol car le téléphone s'est vraiment chiant, la différence entre un mec et nous c'est qu'eux vont avoir tendance à ne plus appeler... alors que nous on continue même si c'est chiant car je ne m'imagine pas ne pas l'appeler car je me dis on est en couple alors, je trouve ça normal de lui raconter les dernières nouvelles et de se dire des mots gentils.
Arrive le temps des retouvailles de l’aventure et de la fin du contrat. sauf que cette fois on est restés dans ma famille quelques mois. Entre temps on lui a proposé un contrat d’un an en Andorre pour coacher l’équipe nationale. Il a du partir un mois avant mois et je l’ai rejoint pkus tard à cause de mes contraintes professionnelles. Là déjà je commençais à ne plus supporter la distance et le manque. Après l’avoir de nouveau rejoint, j’ai retrouvé du travail et je me suis adaptée au pays à la langue et au climat. Mais encore une fois je savais que ça serait temporaire et je me suis éloignée de lui inconsciemment parce qie je savais qu’en Juin on reprendrait encore tout à zero. On a même rompu quelques semaines récemment à cause de mon appréhension sur la distance et le faot de devoir refaire ma vie encore et encore… On s’est remis ensemble encore plus amoureux que jamais mais cela ne l’a pas empêché de devoir partir! Je n’ai jamais douté de son amour pour moi et je suis toujours aussi amoureuse de lui!
Si quelqu’un se montre très présent au tout début ou qu’il me déclare sa flamme alors qu’il me connait très peu, ça peut me faire bizarre. Tout dépend aussi de l’attraction qu’on a pour l’autre. Si quelqu’un me dit qu’il a un coup de coeur pour moi, tout en ayant un comportement « normal », non envahissant et qu’il me plait, je trouve ça rassurant.
J’ai rencontré un homme il y a plusieurs mois de cela. Cela a commencé très intensément entre nous. Nous passions des heures au téléphone et ce, quasiment quotidiennement. Nous nous sommes rapidement attachés l’un à l’autre et nous étions très complices. Il me disait à quel point il voulait être avec moi et, plus ou moins, ce qu’il ressentait. Je sais que je suis la seule personne avec qui il a été comme ça.
Bonjour, excusez-moi du dérangement, voilà ça fait un mois que j’ai rencontré un garçon, j’étais en couple mais ça n’allait plus trop m. Au début je ne voulais rien savoir de lui puis petit à petit j’ai commencé a l’apprécier on s’ai vu deux à trois fois tout allait pour le mieux mais a un certain moment il était fort distant je l’harcelais être pas de réponse et quand je passais à autre choses il revenait vers moi puis rebelote plus de nouvelles ou fort distant je voulais des explications finalement j’ai jusqu’à ce qu’il m’avoue qu’il s’était remis avec son ex mais que c’était compliquer… Je me suis emporté, lui ai demandé de supprimer mon numéro de ne plus me parler et mtn je regrette comment faire pour qu’il revienne seul et me cours après
Je suis en couple depuis une semaine avec un homme qui habite à 8h de vol de chez moi. On s’est rencontres il y a un an et demi au mariage d’une amie. Il ne m’avait pas plue. Lui par contre oui. Ainsi qu’a son meilleur ami. Je leur ai laisse mon facebook. J’ai repris ma vie tranquillement. Je n’ai rien vu venir. Depuis quelques mois on a commence a se parler sur facebook puis sur what’s ap. Nos échanges ont commencé à etre quotidiens. En réalité c’est lui qui prenait toujours l’initiative. Puis il y a une semaine il est venu dans mon pays. Il a quelques missions ici donc il sera la tous les 2-3 mois. La distance n’est pas vraiment un problème parce que si ça devient serieux je pourrai le suivre. Le problème c’est que j’ai peur. J’ai peur qu’il se lasse, qu’il ne tienne pas autant à moi qu’il le dit, qu’il me quitte. Si tu peux me donner quelques conseils je te remercie.
Bjr!voici mon histoire j ai vécu 3annees avec mon petit ami sur le même et ns avons un petit garçon de 2ans aujourd hui mais cela fai deja 1annee il m a quitté lorsque j ai été mi au courant qu’ il entretenait une relation dans notre voisinage et c etai serieu j n existai plus pr lui il fessai tou avc cet femme et aujourd’hui la mauvaise nouvelle est qu’ il vit deja avc elle et ils ont eu une petite fille c compliqué pr moi parcek j l aime tjr j ai vraiment ete manipulée lorsqu’ il vient ns voir j voi dans ces yeux de l amr j me dit que c par orgeuil qu’ il s est engagé avc elle et qu il m aime tjr que faire
En couple, faut-il péter les plombs pour aller mieux ?Pourquoi reste-t-on dans des relations qui ne nous conviennent pas ?5 conseils pour sauver son couple quand tout semble perdu Au secours, je ne supporte plus ses défauts !8 preuves que vous êtes dépendante affective en amourPourquoi un homme est distant ? 5 raisons valables8 choses à savoir si votre mec a un problème de confiance[Témoignages] Ma copine ne s'entend pas avec ma mèreComment se débarrasser de l'ex de son mec ?Vous doutez constamment de votre couple ? Et si c’était une maladie ?Il veut un enfant... mais pas moi !Peut-on faire un burn out amoureux ?Il m'a menti : comment lui faire à nouveau confiance ?À qui parler de ses problèmes de couple ?Chéri, arrête de râler !Sauver son couple ou suivre un autre homme : que faire ?Le stashing : quand il n’assume pas votre relation avec ses prochesVictimes d' un pervers narcissique… elles témoignentProblèmes de couple : comment savoir si c’est sérieux ?Il existe un mot magique qui met fin à toutes les disputes10 conseils pour résoudre facilement une dispute de coupleMon mec parle encore de son exIl ne veut pas passer ses vacances avec moi, elles témoignentEt si j'arrêtais de lui mettre de la pression ?Manger du sucre réduirait le nombre de disputes dans un couple !Solitude dans le couple : comment la vaincre ?Quand commence le harcèlement moral au sein d'un couple ?Les domaines d'intervention du psy pour coupleThérapie de couple : à quoi ça sert ?12 choses plus douloureuses dans un couple qu'une tromperieComment reconstruire son couple après une étape difficile ?Les 12 épreuves d'un couple en hiver7 raisons pour lesquelles votre mec doute de votre relation7 cas où il est bon de se disputerLe smartphone, ami ou ennemi du couple ? Elles témoignentLes 14 sujets de dispute de couple les plus drôlesLe top 10 des disputes de coupleL'impact de l'alcool sur le couple : ils témoignentJ'ai fait des concessions par amour : témoignages6 règles d'or d'une dispute de couple réussieQuand les relations amoureuses vont trop vite : elles témoignentMais pourquoi mon mec ne fait jamais ce que je lui dis ?Le jour où je me suis rendu compte que je sortais avec un manipulateur
Je voudrais aussi souligner l'importance de l'implication pédagogique. S'il est vrai que " La conscience d'une charte (des droits de l'enfant) ou d'une charte relationnelle n'assure pas son intégration ", faut-il pour autant se rallier aux propos de Dominique SENORE (IUFM de Lyon), autre intervenant de ce colloque, qui annonce : " Nous ( ?) sommes tous convaincus : On n'a pas les compétences pour modifier les choses " ? Faut-il modifier les choses ou les vivre ? Comme l'exprime en substance Edith TARTAR - GODDET (psychologue clinicienne et psychosociologue), douter de soi est très déstabilisant mais se remettre en question ne l'est pas. Il existe des formations expérientielles, comme l'outil du Théâtre Forum, présenté par Véronique GUERIN (IUFM de Montpellier) qui souligne les compétences relationnelles que je reprendrai ci-après. Travailler les compétences lors d'analyses de pratiques, en formation d'IUFM, constitue un des aspects importants de la formation à la relation pédagogique. Cependant, le " Théâtre - Forum " de la réalité à vivre connaît un autre rythme (soumis à d'autres imprévus) que celui des cours. Et en une journée, une personne peut avoir vécu des situations qui, traduites en jeux de rôles et analyses de pratiques, feraient l'objet d'un cours d'une demi - année ! Pour se préparer à ce " Théâtre - Forum " de la réalité, le recours à des outils " relationnels " s'avère intéressant. La psychosociologue invite ensuite à distinguer le développement personnel et relationnel, de la thérapie. La délimitation des pratiques est d'ailleurs un point délicat de résistance du système éducatif au " relationnel et au psychologique " et un argument souvent utilisé par des gens qui ne s'y engagent pas. Jacques FORTIN dit encore: " Plus généralement, la place de l'affectivité dans les relations interindividuelles, dans la détermination des comportements et dans les processus d'apprentissage, n'est pas connue et reconnue. " Cette place n'est pas nécessairement mesurable, au sens de la docimologie, étant donné la multiplicité et l'interaction des paramètres possibles, et tant que les intervenants du monde éducatif n'auront pas " osé " davantage le relationnel. " L'expérientiel " dont il parlait peut aider à prendre et faire prendre en compte l'affectivité. Des exemples existent dans la vie professionnelle ; les outils relationnels aident à faire davantage la part des choses. Le travail d'analyse des pratiques est nécessaire, rappelle aussi Laurence JANOT (IUFM d'Aquitaine) qui propose, en amont des compétences psychosociales, un développement des compétences personnelles par rapport au phénomène de stress. " Parler de soi " resterait un thème tabou à l'Education Nationale. Et " parler sur l'autre " ? Mais qu'entend-on par " parler de soi " ? Nombrilisme, narcissisme, impudeur, plainte ? Non pas " parler de soi " mais plutôt " partir de soi pour aller vers l'autre " (Jacques NIMIER, Académie de Reims). Laurence JANOT énonce " quatre facteurs de vulnérabilité : tendance à l'anxiété ; au perfectionnisme ; sentiment de n'avoir aucune maîtrise sur sa vie ; très forte demande de reconnaissance. Si s'ajoute à cela la perte de sentiment d'équité dans la relation, cela peut mener à l'épuisement professionnel (le burn - out, " cet échec à la réciprocité ") et mener à la dépersonnalisation ". Le conflit n'est-il pas aussi un échec à la réciprocité ? Il me semble intéressant de " travailler " autour de ces facteurs de vulnérabilité en termes de compétences relationnelles et avec des outils (relationnels) mais aussi par le repérage des croyances, l'analyse des représentations mentales, des contextes. L'étude de l'affectivité a sa place à cet endroit. Se dessine un créneau possible pour une médiation entre adultes (collègues et hiérarchie) en milieu scolaire. " Partir de ce que l'on a vécu et proposer une ou plusieurs théories, et non des vérités. " (Jacques NIMIER) La question du rapport à la structure se doit d'être posée. Dominique SENORE (IUFM de Lyon) rappelle lors de son intervention que " toute tentative d'échapper à la structure est considérée comme déviante." Avant de décréter la déviance, il me semble intéressant de s'interroger sur les règles. Sont-elles imposées, négociées ? Et comment ? Distinguer la structure, le système, les rôles, les fonctions, les lois, les règles. Elisabeth MAHEU (IUFM de Rouen) présente une liste de dix compétences principales qui déterminent le cadre général émanant d'un cahier des charges ministériel. Parmi ces compétences, citons " Travailler en équipe avec les parents ", " Prendre en compte la diversité des élèves ". Entre ces formulations et leur réalisation, leur application, leur concrétisation, les outils relationnels seront nécessaires si l'on souhaite que ces compétences " se déclinent en attitudes ". Véronique GUERIN cite des compétences relationnelles que je reprends ici pour revenir à cette délimitation des pratiques: être capable de faire " attention à sa propre intériorité " ; faire " attention à l'intériorité de l'autre (passer de la projection à l'empathie) " ; " développer la capacité à anticiper les bénéfices et les risques de ses attitudes sur une situation ". Les développer, non simplement en termes de savoirs à évaluer mais de valeurs ou d'enjeux, va nous amener à entendre le réactionnel, le retentissement sur d'anciennes blessures ou, au contraire, sur d'anciennes traces de vie dynamisantes, d'anciennes traces de joie. Traduire en mots le réactionnel ne suffira pas toujours. Faut-il pour autant envisager une thérapie même brève? On peut très bien proposer, dans des cas très ciblés, à la demande d'étudiants comme d'adultes en formation continue, une écoute interactive centrée sur la personne, qui relève de la relation d'aide (ponctuelle) ou relation d'accompagnement dans le cadre scolaire. A côté des psychologues, des assistants sociaux, des praticiens en communication relationnelle peuvent offrir ce genre de service citoyen. Car un des objectifs consiste, me semble-t-il, à " articuler le développement personnel au développement collectif ". Et peut-être aussi en sens inverse. Comme le rappelle Christophe MARSOLLIER, à la fin de son intervention, " Il ne faut pas opposer, dans la logique du continuum, la formation académique à la formation pratique, pour une Relation intelligente ", si l'on souhaite une Relation intelligente. Mais le relationnel serait-il, dans les formations, l'apanage de psychosociologues ou des psychopédagogues ? Je ne le crois pas. Les autres enseignants, mais aussi les élèves, les parents, les " acteurs du monde éducatif ", peuvent expérimenter (ce qu'ils font parfois depuis un certain temps) des comportements relationnels à l'aide de ces outils " simples " et peuvent ainsi favoriser, en aval ou parallèlement, le travail collectif des spécialistes. Il me semble important d'accorder une place à ces apprentissages ou expériences de vie. Car il faut les avoir vécues, confrontées à la réalité pour que les " hypothèses relationnelles " deviennent des théories à réinvestir dans ce mouvement bilatéral entre compétences, comportements et attitudes. " Les compétences psychosociales et relationnelles mobilisées en jeux de rôles " ne sont pas nécessairement à l'œuvre dans le vivant des relations au quotidien. C'est pourquoi je distinguais tout à l'heure les compétences des comportements ou attitudes relationnelles. Si l'Autre effectue une démarche similaire, cela facilitera l'écoute, la communication alternée, le décodage éventuel de la symbolique utilisée (dans le cas des visualisations notamment) ou le fonctionnement de certaines règles relationnelles. Cela doit passer par le Dialogue, non par un savoir établi comme une vérité. " La formations continue, à l'écoute de la personne mais aussi à l'écoute des groupes ", est nécessaire, voire indispensable. Travailler sur la confrontation des imaginaires permet de relativiser ; écouter l'imaginaire des groupes ; confronter les imaginaires du professeur et de l'élève. " Quel est donc cet imaginaire qui agit dans un acte de violence ? " (Jacques NIMIER, Académie de Reims) L'utilisation des outils relationnels permet de se remettre en question sans douter de soi ou en doutant de moins en moins de soi, sans sentir ses énergies se perdre dans les sables du désert. Comme l'Autre (ou l'entourage) ne s'attend pas aux effets de cette pratique, il peut interpréter cela comme une tentative de prise de pouvoir ou de manipulation. C'est pourquoi c'est aussi une affaire d'éthique et d'éthique personnelle. Je fais surtout allusion dans ce cas à la relation entre pairs ou à la relation à la hiérarchie. Je ne peux convaincre l'autre mais je peux espérer qu'il utilise lui aussi les outils pour se remettre en question de manière constructive. Cela favorisera des relations en alternance plus équilibrées, une communication fluide, plus conviviale. Cela permettra de " décliner en attitudes " l'une des dix compétences présentées par la coordinatrice des contenus pédagogiques de la formation transversale, Elisabeth MAHEU : " Agir en fonctionnaire de l'Etat, éthique et responsable ". Faut-il multiplier encore, " construire de nombreux outils pour ne pas être sans ressources " (Edith TARTAR-GODDET) ? Les outils ne sont-ils pas suffisamment nombreux pour constituer une démarche intégrée de formation transversale ? Ne risque-t-on pas une surabondance, une surconsommation, une surenchère qui ne permettraient pas d'apprécier et de développer ces compétences psychosociales et relationnelles ? Dominique SENORE souligne que " la compétition est beaucoup plus présente que la coopération, dans ce monde ". Et Marc FORGET, membre de l'IFOR (mouvement international pour la réconciliation), dans sa conférence intitulée " Similitude entre l'école et la prison ", invite " à modifier les méthodes d'évaluation et le contexte de compétition ". Philippe MEIRIEU écrit : " L'instruction est obligatoire mais l'apprentissage ne se décrète pas. " " L'éducation …est une affaire de désir et de confiance, une affaire d'éthique…Se situer ainsi à la source de ce qui peut mobiliser des hommes et des femmes pour cette tâche immense et essentielle: éduquer des " petits d'hommes " pour qu'ils s'approprient et améliorent notre monde…éduquer des enfants pour qu'ils se fassent œuvre d'eux-mêmes. " Et enfin, il écrit dans L'école et les parents. La grande explication, " La qualité ne se décrète pas. Elle se construit ". Tous les enseignants, quelle que soit leur spécialité, sont concernés par ces compétences relationnelles et psychosociales qui favorisent les apprentissages et facilitent l'intégration des savoirs disciplinaires si ces outils relationnels sont utilisés dans la pratique pédagogique. Il s'agit peut-être aussi de réinterroger les choix des contenus d'apprentissages en ces " temps de transition ". " Le statut d'une parole n'est pas toujours le statut de celui qui l'énonce " rappelle Dominique SENORE. On pourrait supprimer le mot " toujours " et dire aussi que le statut d'une parole n'est pas le statut de celui qui l'énonce. Mais je m'attacherai plutôt au mot " statut " en le sortant de ses contextes phrastiques, en y réfléchissant à partir du travail collectif sur les compétences. On peut rédiger, modifier, ou faire enregistrer des statuts. Ce n'est pas la même démarche. Dans ce sens, ne pourrait-on vivre le passage du " statut " au " statutaire ", par le biais de chartes de vie relationnelle/professionnelle dialoguées qui permettraient d'expérimenter intelligemment le collectif, dans une dimension " adulte "? C'est dans ce sens que le témoignage suivant semble aller, même si je nuancerai par la suite. Enseignants à la Haute Ecole pédagogique du canton de Vaud (en Suisse), Yviane ROUILLER et Marco ALLENBACH expérimentent des compétences psychosociales, présentent le référentiel " fil rouge " composé de onze compétences professionnelles et donnent l'exemple d'un module spécifique : " Mettre en place un cadre de travail approprié, où la communication interpersonnelle " aura toute son importance. Il s'agit d'un module. Le transférer pour le vivre dans des relations interprofessionnelles, au concret, en se confrontant à la réalité donnerait indirectement d'autant plus de valeur ou de pertinence à ce genre de module. D'autre part, que signifie " Mettre en place " ? Et comment ? Qu'impose-t-on ? Que négocie-t-on ? Etc. " Les Institutions, c'est nous " (Jacques NIMIER)…qui les faisons vivre. Avec très peu de concepts et d'outils relationnels, on peut déjà apprécier l'effet d'une petite mais " véritable révolution pédagogique ", la révolution douce comme je l'appelle. Encore faut-il oser ? " Nous nous interdisons souvent beaucoup plus de choses que l'on nous en interdit. " >> Anne SALOMON

bonjour, je suis au tout début d’une relation et marche sur les oeufs, toute cette semaine il n’est pas là et j’ai demandé un peu plus de sms car il reste parfois 24h sans écrire, j’ai peur d’avoir commis une betise, j’ai dit aussi je le reverrais quand il sera dispo peut être en fin de semaine, bref je manque totalement de confiance alors que l’on s’est dit au tel qu’on pensait bcp a nous reciproquement, merci de m’apporter des codes, surtout des trucs a pas dire, quoiqu’il en soit, je n’écris plus
Oui, les hommes ressemblent à des élastiques : lorsqu’ils se réfugient dans leur caverne, ils ne peuvent s’y enfoncer que jusqu’à un certain stade avant d’être ramenés à leur point de départ. L’élastique est donc le symbole idéal pour nous aider à comprendre le cycle de l’intimité masculine, cycle fait d’un rapprochement suivi d’un éloignement, puis d’un nouveau rapprochement plus serré.

J’ai rencontré un homme il y a 3 sem de cela, Il semble distant mais me tx au moins une fois sem, question de me garder standby j’ai limpression…il me demande ce que je veux envers lui mais je suis pas demonstrative et vite sur mes émotions et j’ai comme le doute que ca le tracas mais dans le bon sens parcontre je sais quil parle avec beaucoup d’autre femme mais il m’a presque fait une de ses crises de jalousie lorsque je parlais a un ami en facetime… on a eu deux rapport sexuel mais pas a chaque fois que lon se voit…mais il me donne quand meme de laffection lorsqu’on dort emsemble…bref j’adore tous ses points positifs mais il est tres caracteriel et je me demande si il joue un jeu et quil est tres bon joueur ou si il a vraiment des émotions envers moi…on a fait un cour voyage recement et il m’a embrasser devant ses amis mais bon j’ai du mal a croire en ses bonnes intentions puisqu’il me critique toujours et ca mempeche encore plus de me laisser aller
N'insiste pas. Il n'existe malheureusement aucune formule magique pour rendre ton petit ami amoureux de toi. L'amour prend du temps et ce garçon peut parfois le ressentir ou non. Tu peux être la petite amie la plus parfaite au monde et tu peux lui donner tout ce dont il a besoin, mais il peut ne pas éprouver la même chose pour toi. Cela peut être un terrible crève-cœur, mais il est préférable de te montrer réaliste et de savoir que cela ne donnera rien plutôt que d'espérer quelque chose qui ne se produira pas.

Bonjour Alexandre, il y a 3 mois mon ex a décider de rompre. Nous allions vivre ensemble, car durant notre relation nous avons été a distance vu qu’elle a du quitter notre region pour ses etudes, a une semaine de la fin de celle ci elle a voulu rompe pour se retrouver, se recentrer sur elle même car elle veut s’aimé et qu’elle etait heureuse à travers moi et non à travers elle. Alors dès que je voulais faire un SR elle revenait, pi un jour je lui ai demandé ce qu’elle voulait et depuis dès que nous parlions elle se braque. Il y a 15 jours, elle m’as demandé de l’oublier et la laisser vivre sa vie. Je ne lui parle pu depuis, et je suis un peu perdu, car j’aimerais la reconquerir et je ne sais pas comment m’y prendre. Je suis a Reims et elle part a Paris en septembre. J’essaye de travaillé sur moi, mais plus le temps passe, plus son manque me fais mal.


Mais n’oubliez pas une chose : ce n’est pas parce qu’il ne veut pas s’engager avec vous et qu’il s’engage avec une autre, que que vous n’avez pas de valeur. Notre valeur ne dépend de personne. C’est nous qui nous donnons de la valeur. Et plus on se donne de la valeur, plus on est respectés. Moins on s’en donne et moins les autres nous en donnent. Idem pour l’amour et le respect.
Pour s’assurer que votre Jules veuille s’engager, il faut définir la qualité de votre relation. S’il y a de l’honnêteté, de la compréhension et une bonne communication, vous avez l’assurance d’avoir commencé une belle histoire d’amour qui peut perdurer. En revanche, si ce sont les disputes et les problèmes qui gagnent la cote, l’avenir est incertain et l’hésitation de votre homme à s’engager est bien légitime.
j’ ai connu un militaire sur internet il y a un an et demi, il est marié mais ne rentrait que deux ou trois fois dans l’ année auprès de sa famille et ce depuis toujours, il a toujours trompé son épouse et l’ ayant découvert elle se refuse a lui depuis de nombreuses années … il a 10 ans de moins que moi, nous passions des heures a dialoguer sur skype et autre, j’ étais son amie, sa confidente et son amante « virtuelle « je lui écrivais tous les jours des lettres merveilleuses et réconfortantes le rassurant sur ses problèmes personnels, professionnels et je trouvais toujours les bons mots pour lui apporter sérénité en l’ aidant souvent a dédramatiser … il s’ est emballé de suite en me disant  » je vous aime » et moi petit a petit je me suis attachée et j’ ai fini par l’ aimer passionnément … une belle histoire comme il disait, qu’ il m’ avait toujours attendue, qu’ il n’ avait jamais connu telle complicité dans tous les domaines se projetant pour son retour définitif dans quelques mois en France… en mars je suis allée l’ accueillir a la sortie de son avion et nous avons fait connaissance puis il est allé rejoindre son épouse pour une semaine , et reparti dans son régiment … en s’ étant vus nous étions encore plus amoureux et impatients de se retrouver pour s’ aimer …il y a dix jours nous nous sommes retrouvés et avons passé quelques heures ENFIN dans une intimité passionnelle, tout s’ est super bien passé, bien sur comme une première journée d’ amour en tenant compte qu’ il faut apprendre les attentes de l’ autre et découvrir son corps … puis plus de nouvelles depuis ce jour de semaine dernière, j’ aurais tant besoin d’ être rassurée, je sais que son épouse est omniprésente donc il n’ est pas libre de plus il est définitivement revenu auprès d’ elle car il est en retraite depuis fin juillet …Quand on vit un amour comme le notre a distance, que cet amour est uniquement basé sur les mots, des échanges intimes par cam, n’ idéalisons pas l’ autre ? frustrés nous fantasmons une relation en attendant des résultats ? je n’ avais pas l’ intention de tomber amoureuse de lui, sur le net je ne voulais que dialoguer et lui a tout fait pour me séduire et finir par m’ abandonner, bien sur je ne suis pas jeune, avec des imperfections comme toute personne avec son vécu mais est ce que cela est si important, lui non plus n’ est pas parfait mais cela m’ était égal car c’ est l’ homme que j’ aimais …
Préparer des retrouvailles est très bon pour mettre de côté le manque. Vous ne pensez qu’au positif, à un instant qui sera plein de bonheur et qui vous redonnera toute l’énergie dont vous manquez lorsqu’il est absent. C’est également un bon moyen de se donner un objectif, un but. Vous savez qu’après vos 2 semaines intenses d’examens, loin l’un de l’autre, vous vous retrouverez, et pas n’importe comment. Même si la motivation n’est pas au rendez-vous pendant la période d’examens, vous gardez en tête l’objectif, afin de voir la lumière au bout du tunnel. Cela ne fera qu’intensifier vos retrouvailles !
C’est lui qui a commencé le jeu de la séduction à l’origine, me trouve terriblement belle bla bla bla, m’a écrit un poème et j’en passe. Aujourd’hui, rien de tout ça. Je ne sais pas sur quel pied danser. Je suis en FO sur lui actuellement mais j’ignore si je fais bien. Ce que je veux, c’est prendre un verre avec lui d’ici quelques temps pour voir si on peut garder contact (plutôt que ces mois de silence que je n’aime pas du tout).
bonsoir je suis en relation à distance depuis un an et demi. je travaille dans un cabinet de placement du personnel et c’est pendant un recrutement que l’un des candidats m’a rappelé pour prendre des nouvelles et m’a ensuite dit que je ne l’avais pas laissé indifférent. il a commencé à m’appeler régulièrement de ces appels est né notre amour. nous avons passé plusieurs weekend ensemble et tout allait bien sauf que depuis un moment il est devenu distant je me pose des questions? n’est -il pas en relation avec une autre? la distance est elle pas un problème?
×