Il y a maintenant 2semaines je suis allée à une soirée électro avec un pote. Lors de cette soirée j’ai fait la connaissance d’un garçon. Je suis du genre très entreprenante avec les hommes surtout en soirée c’est donc moi qui lui adresse la parole en premier. On a très vite accroché et il est rentré dans un jeux de séduction laissant les autres filles qui lui faisaient les yeux doux seuls. En fin de soirée il me dit que je suis pas une “fille bien” car je suis présente à cette soirée. Pendant la soirée on fait connaissance on rigole il veut apprendre à me connaître,jusqu’à 6h du mat ou je pars avec mon ami sans lui dire en revoir.
J AI CONNU UN HOMME IL Y A UN AN, AU DEBUT ON ETAIT K DES AMIS MAIS APRES ON A COMMENCE A SORTIR ENSEMBLE. AU DEBUT TOUT ALLER BIEN, LE PROBLEME IL M A DIT QU’IL ETAIT DIVORCE, MAIS IL EST TOUJOURS MARIE. IL VIT PAS AVEC ELLE, MAIS IL ME L A CACHE. ON SORTAIT SOUVENT EN PUBLIQUE, MAIS MAINTENANT IL VEUT PLUS K ON S VOIT EN PUBLIQUE. IL DIT K IL M AIME, MAIS NE VEUT PAS ASSUMER UNE RELATION SERIEUSE AVEC MOI POUR L INSTANT. IL VEUT K PERSONNE SACHE K ON AILLE DE CONTACT. IL M ECRIT TRES SYMPA POUR VENIR CHEZ MOI, MAIS K ON IL EST CHEZ MOI LE SOIR IL VEUT COUCHER AVANT MOI. IL RESTE MEME PAS 30 MINUTES. QUELQUES JOURS APRES IL M ENVOYER CHIER. APRES IL EST DE NOUVEAU QUELQUES JOURS SANS PARLER AVEC MOI. APRES IL REVIENT EN ME DISANT J T AIME TU SAIS BIEN. MOI J CROIS K IL M UTILISE SEULEMENT. EN PLUS J AI DECOUVERT K IL EST BIPOLAIRE. QUELQU UN PEUT M AIDER. CA FAIT 1 SEMAINE K J LUI PARLE PLUS, LA DERNIERE FOIS IL M A DIT K IL AVAIT UNE AUTRE, MAIS CA IL M A FAIT DEJA PLUSIEURS FOIS ET J SAIS K C EST PAS VRAI. C EST PAS NORMAL CA.
Ainsi la description de la femme comme ʿēzer kᵉneg̱dô, une aide semblable à lui, ne vient pas limiter l’être de la femme dans ses spécificités propres, comme nous le proposions en introduction. L’expression décrit le rôle indispensable de toute femme, sans qui le plan de Dieu pour l’humanité se verrait voué à l’échec. Au même titre que l’homme, la femme est nécessaire pour permettre la reproduction de l’espèce humaine et la domination de la terre. Elle est cet ʿēzer-secours, une aide indispensable à l’homme, qui trouve en elle une alter ego : différente de lui pour permettre la complémentarité notamment sexuelle, mais semblable à lui contrairement aux animaux.
1 Prônant la pacification des relations amoureuses au sein du couple, des ouvrages « psy » grand public incitent la femme à renouer avec sa féminité « naturelle » et avec son rôle « ancestral » de pourvoyeuse d’amour pour la transformer en garant de la bonne santé affective et relationnelle du couple. Cet article étudie comment ces ouvrages contribuent à l’élaboration d’un nouveau « système éducatif conjugal des femmes », qui, par le maintien d’une dissymétrie des positions occupées par les hommes et par les femmes dans la relation amoureuse et les sentiments, participe d’une reconstruction et de la « réarticulation » des rapports de domination masculine. L’article montre que, si le verdict d’une nécessaire « paix au foyer » semble s’énoncer au nom de l’équilibre et du bien être du couple et non plus par rapport à un ordre social et moral, il n’en reste pas moins que c’est d’abord la vie conjugale des hommes qui doit être harmonieuse. Il s’agit de les laisser en paix, de ne plus de les harceler et c’est aux femmes qu’il revient de le faire en travaillant sur elles-mêmes pour se comprendre et les comprendre. Le travail de pacification des couples est donc avant tout un travail féminin. Le nouveau travail de « care » invisible de la femme « libérée ».
Je comprends ce que tu veux dire. Tout dépend de ce que tu attends d’une relation. Si c’est le désir, la passion, le sentiment qui prime, l’engagement peut être un frein s’il intervient trop tôt, s’il ne se fait pas « naturellement ». Si c’est justement construire, fonder, l’engagement semble une clef de voûte qui dépasse les questions de désir. Finalement, après de loooongue discussion avec les lectrices, l’engagement se positionne différemment selon l’objectif que l’on veut remplir.
×